Institut des
NanoSciences de Paris
insp
Accueil > Evénements > Séminaires > Archives 2014 > Des photons à l’électricit
insp
5.jpg

Séminaire général de l’INSP

Des photons à l’électricité Avancées récentes de la conversion photovoltaïque - Daniel Lincot - Jeudi 26 juin 2014 à 16 h 30

Daniel Lincot - Institut de recherche et développement sur l’énergie photovoltaïque (IRDEP) - UMR CNRS-EDF-Chimie Paristech
Institut Photovoltaïque Ile de France (IPVF)

Jeudi 26 juin 2014 à 16 h 30 - INSP - 4 place Jussieu - 75252 PARIS Cedex 05 - Barre 22-32 - 4e étage, salle 407

Résumé

La conversion photovoltaïque de l’énergie solaire connait depuis quelques années un développement très important. De négligeable il y a seulement 10 ans, la capacité de production installée au niveau mondial, atteint maintenant 140 GW, permettant dans plusieurs pays, comme l’Italie et l’Allemagne, de couvrir plus de 5% de l’électricité consommée annuellement, avec des pointes journalières à près de 30 %, au point que cette source d’énergie est maintenant considérée comme l’un des principaux piliers de la transition énergétique. Pour expliquer cette dynamique, il faut en fait revenir aux caractéristiques fondamentales de la conversion photovoltaïque et aux avancées scientifiques qui ont jalonné les soixante ans de développement des cellules photovoltaïques. Nées en 1954 avec les cellules au silicium, les cellules photovoltaïques se sont progressivement diversifiées en différentes filières, dont les performances (le rendement) ont ensuite progressé, étape par étape au rythme des avancées scientifiques, atteignant un rendement de conversion record de 44,7%. C’est ce parcours que nous chercherons à retracer aux travers d’exemples sélectionnés, pour aboutir à la situation actuelle du domaine. Nous nous attacherons ensuite à analyser l’exceptionnel foisonnement auquel nous assistons en ce moment, avec des progrès dans toutes les filières et l’émergence de nouveaux concepts qui révolutionnent aujourd’hui le domaine (nanostructures, matériaux hybrides, photovoltaïque organique). Lorsque l’on sait que le rendement théorique de conversion est proche de 80%, la marge de progression est encore considérable, justifiant les défis qui passionnent les chercheurs du domaine.