Institut des
NanoSciences de Paris
insp
Accueil > Evénements > Séminaires > Archives 2010 > La recherche à l’échelle
insp
2.jpg

Séminaire général

La recherche à l’échelle nanométrique : combinaisons et dynamiques.

Anne Marcovich, Terry Shinn

La recherche à l’échelle nanométrique : combinaisons et dynamiques.

A partir de l’étude de plusieurs laboratoires impliqués dans la recherche à la nanoéchelle, deux grands axes se sont dessinés : 1. l’importance de ce que nous appelons « combinatorial research », et 2. une dynamique interactive et simultanée entre deux mouvements que nous appelons « expansion/fragmentation » et « concentration/complexification ».

1. Le régime de « combinatorial research » se définit par le nombre et la très grande diversité d’assemblages entre des éléments qu’on trouve dans les recherches à l’échelle nanométrique. Ici on pense aux différents assemblages de matériaux, d’instruments, aux relations entre les deux, aux collaborations entre chercheurs et entre groupes de recherches appartenant à des domaines ou des disciplines qui peuvent être différents, aux assemblages entre les problématiques et les méthodologies utilisées. Ces « combinatorials » ne sont pas nécessairement destinés à perdurer, mais sont souvent en mouvement constant et constituent par-là un des moteurs de la recherche.

2. Le deuxième axe cherche à décrire deux grands mouvements : L’ « expansion/fragmentation » désigne la multiplication tous azimuts des objets et des propriétés explorés dans les recherches, mais également des matériaux, des méthodes pour les étudier et des classes d’instruments. Tout est en dilatation. Dans la mesure où la recherche est liée à la nano-échelle, tout peut entrer légitimement dans son champ. Par contraste, la notion de « concentration/complexification » décrit les processus par lesquels se rassemblent, s’associent, convergent des résultats, des projets, des compétences, voire des communautés d’origine très différentes dont l’interaction produit des collaborations inédites et caractérisées par un haut degré de complexité des phénomènes étudiés. Nous verrons que ces deux mouvements entre « expansion/fragmentation » d’une part et « concentration/complexification » d’autre part sont pris dans une dynamique selon deux mouvements qui se nourrissent l’un l’autre. On peut faire l’hypothèse que ces dynamiques représentent une logique clé du travail de recherche à la nanoéchelle et pourrait même constituer une nouvelle étape dans l’évolution des sciences.

On abordera ces deux axes, à travers un certain nombre de thèmes : a) l’organisation du travail, b) l’épistémologie avec des questions telles que l’importance des formes dans les objets nanométriques, c) les images, d) l’instrumentation…