Institut des
NanoSciences de Paris
insp
Accueil > Evénements > Séminaires > Archives 2011 > La réponse thermoélectriqu
insp
6.jpg

Séminaire nanostructures et systèmes quantiques

La réponse thermoélectrique des supraconducteurs avec des électrons corrélés

Kamran Behnia

Dans un liquide de Fermi, on attend que la variation du coefficient de Seebeck en fonction de température soit linéaire. Pour atteindre un tel régime, il faut souvent refroidir les électrons aux très basses températures pour se débarrasser d’autres contributions. Une fois atteinte, l’amplitude du terme linéaire du coefficient de Seebeck, mesure directement la température de Fermi renormalisée du système en question. Nous allons passer en revue et comparer les études faites sur des systèmes appartenant aux trois familles de supraconducteurs. Il s’agit de CeCoIn5 (Tc=2 K, un composé de fermions lourds), de YBa2Cu3O6.66 (Tc=66 K, un cuprate à haute température critique), et de FeTe0.6Se0.4 (Tc=15 K un supraconducteur à base de fer). Dans tous les trois cas, la température critique supraconductrice est un ordre de grandeur plus petite que la température de Fermi. Ces systèmes sont à contraster avec des supraconducteurs conventionnels tel que MgB2 ou les borocarbures XNi2B2C. Ces résultats sont compatibles avec un diagramme universel de supraconducteurs méditées par des fluctuations de spin proposé par Morya et Ueda.