Institut des
NanoSciences de Paris
insp
insp
5.jpg

Soutenance de Céline Bourdillon - Vendredi 7 octobre 2016 à 14 h

INSP - UPMC - 4 place Jussieu - 75005 Paris - Barre 22-23, 3e étage, salle 317

Céline Bourdillon, doctorante dans l’équipe Nanostructures et optique

Etude de cristaux photoniques et de polymères stimulables : Réalisation d’un capteur de nanoparticules

PNG Image MEB d’une opale inverse en polymère à empreintes de nanoparticules

Résumé

L’essor des techniques d’analyse à l’échelle nanométrique a initié la synthèse et le développement de nombreuses nanostructures et nanoparticules. De par les propriétés spécifiques induites par leur taille, ces nanoparticules sont à présent omniprésentes dans la vie quotidienne et leur utilisation introduit de nouveaux enjeux environnementaux et toxicologiques. Il est donc important de pouvoir les capter et les détecter à l’état de trace en fonction de leur taille et de leur chimie de surface, deux facteurs dont dépend leur toxicité. Ce travail de thèse porte sur l’association des propriétés optiques d’un cristal photonique, l’opale, et des propriétés de reconnaissance d’un polymère stimulable, le polymère à empreintes de nanoparticules, afin de réaliser un capteur sensible, spécifique et sélectif (notamment en revêtement de surface) de nanoparticules. Les nanoparticules cibles que nous avons étudiées sont des nanocristaux fluorescents de CdSeTe/ZnS. Cette thèse se décompose en deux parties : dans la première, nous avons étudié le filtrage de l’émission des nanocristaux cibles par des hétérostructures à base d’opales directes. Dans la seconde partie, nous avons synthétisé, pour la première fois à notre connaissance, un polymère à empreintes de nanocristaux, en nous basant sur les travaux réalisés dans le cadre des polymères à empreintes moléculaires. Ce polymère a été utilisé pour réaliser une opale inverse permettant la détection de ces nanoparticules à partir de mesures de réflectivité. Ce capteur est généralisable à toute nanoparticule présentant une fonctionnalisation de surface.

Composition du jury

  • Emmanuelle Deleporte du Laboratoire Aimé Cotton de l’Université Paris Sud (rapporteur)
  • Mohamed Chehimi de l’Institut de Chimie et des Matériaux de Paris-Est de l’Université Paris-Est (rapporteur)
  • Corinne Chanéac du laboratoire Chimie de la Matière Condensée de Paris du Collège de France-UPMC
  • Sylvain Gigan du Laboratoire Kastler Brossel de l’ENS-UPMC
  • Claire Mangeney du laboratoire Interfaces, Traitements, Organisation et DYnamique des Systèmes de l’Université Paris Diderot
  • Bruno Mortaigne de la Direction Générale de l’Armement
  • Catherine Schwob de l’INSP-UPMC.